Pluie diluvienne

réclame
Mon MeteoGroup
  • Les images radar d’accumulation attestent que d’intenses précipitations sont tombées en Flandre orientale et sur le Hainaut entre dimanche soir et lundi matin.

    Une poche d’air froid au-dessus de la Manche (en vert) se déplace vers le sud. Une dépression surplombant le sud de l’Allemagne se déplace vers le nord. Source : Wetter3.de

    La dépression se situe dans la nuit de dimanche à lundi sur l’est desPays-Bas et sur la Belgique. De l’air chaud a donc été pompé sur le flanc nord de la dépression. Source : Wetter3.de

    Les images radar et satellitaires de lundi midi. D’intenses précipitations sur l’Ouest.

  • Pluie diluvienne
    16.08.2010 17:14

    A l’ouest, les quantités de pluie les plus abondantes

    • Publicité

    Lorsque l’on regardait par la fenêtre hier soir et ce matin, il n’y avait guère de différence : pluie, pluie et encore de la pluie. Seul l’extrême ouest du pays profitait d’un temps plus sec. Les quantités de précipitations ont été exceptionnelles, ce qui signifie que cela n’arrive en moyenne que tous les 20 ans. Les cumuls pluviométriques variaient entre 30 et 60 l/m². A plusieurs endroits, les 60 l/m² furent dépassés, comme dans dans la région de Gand (61 l). Au sud du sillon Sambre et Meuse, on a également  récolté plus de 60 l/m² en maints endroits. Les plus grandes quantités ont été relevées à Moerbeke-Waas, entre Saint-Nicolas et Gand : 85,4 l/m² !!! Ces quantités sont supérieures à celles relevées en moyenne durant tout un mois d’août. Sur les images cumulatives des radars, on peut observer les plus importants cumuls sur l’ouest du territoire. Ce genre de situation météorologique a déjà été observée par le passé, mais il faut pour cela remonter au 28 août 1996 ou encore au 9 août 1951.

    Causes de ces fortes pluies : de l’air froid en altitude

    La zone d’intenses précipitations a pris naissance à la frontière entre l’air chaud se trouvant sur l’Allemagne et l’air océanique plus froid se situant sur notre pays. L’air chaud a été “pompé” du sud par une dépression qui s’est développée sur la mer Midéterranée et qui s’est finalement déplacée vers l’Allemagne, puis vers notre pays.La dépression a pu se creuser en raison de la présence d’air froid en altitude qui a glissé, via la Manche, vers le sud de la France et la Suisse. Dimanche, le vent à haute altitude soufflait de secteur ouest, tandis que le vent en surface soufflait encore de secteur nord. De l’air chaud a donc été pompé dans le système à partir de l’est. L’air chaud pouvant contenir plus d’humidité, davantage de vapeur d’eau a pu être transportée d’un endroit à un autre. Le système frontal s’est déplacé ensuite très lentement vers l’ouest et a causé de copieuses précipitations en relativement peu de temps. Bloqué ensuite dans son déplacement, il est reparti vers l’est du territoire. De plus, la dépression en surface est également restée un certain temps au même endroit, à savoir sur notre pays. En général, ce genre de dépression se déplace assez vite d’ouest en est. En conséquence, les précipitations y associées sont plutôt limitées. Les images radar et satellitaires de lundi midi prouvent que le système s’est régénéré sur l’ouest du pays. Du côté chaud de la perturbation, des averses orageuses se sont développées et quelques éclaircies ont pointé le bout de leur nez au coeur de la dépression, tout comme dans l’oeil d’un cyclone. Qui prétend donc que les dépressions sont toujours à l’origine d’un temps médiocre ?

    Source: IRM, Meteoconsult

    Auteur : DH