Bilan catastrophique du passage du typhon Koppu sur les Philippines

réclame
Mon MeteoGroup
  • Position du Barrage San Roque

    Le nord de l’archipel dévasté

  • Bilan catastrophique du passage du typhon Koppu sur les Philippines
    23.10.2015 07:46

    Bilan catastrophique du typhon Koppu

    • Publicité

    Le typhon Koppu qui a sévit sur les Philippines de dimanche à mardi a généré des vents très violents et s’est accompagné de pluies diluviennes exceptionnelles surtout sur la moitié nord de l’archipel. On a battu un record de précipitations, car il est tombé le 19 octobre, en 24 heures 1317mm au barrage de San Roque, soit l’équivalent de deux ans de pluie sur Paris. Ce typhon a surtout touché la partie Nord de l'archipel qu’il a abordé en catégorie 4 (sur 5 au maximum) avec des vents à plus de 200 km/h sur le littoral nord-est du pays. Il a progressé très lentement et les pluies torrentielles ont été particulièrement durables avec des cumuls de pluie qui ont dépassé localement 1000mm, soit 1000 litre d'eau par mètre carré. Des inondations, des glissements de terrain et des coulées de boue se sont produits et on dénombre actuellement 54 décès. Les Philippines subissent régulièrement des tempêtes meurtrières, avec en moyenne chaque année une vingtaine de typhons. L'archipel aux 1700 îles est souvent la première masse terrestre d'importance que rencontrent les typhons qui se forment dans l'océan Pacifique. Les scientifiques estiment que la virulence des tempêtes de ces dernières années est imputable au changement climatique.

     

     

     

    Record de précipitations en 24 heures

    Pour la France, le record de précipitations en 24 heures serait détenu par Saint Laurent de Cerdagne avec 1000mm, c’était le 17 octobre 1940. Le 22 octobre 2005, il tombait aussi, en 24 heures, 1634mm à Isa Mujeres au Mexique et le record absolu actuel est détenu par Foc-Foc sur l’île de la Réunion avec 1825mm en 24 heures.

     

    Saison cyclonique exceptionnelle dans l'Hémisphère Nord

    Dans l’hémisphère nord, la saison cyclonique a été exceptionnelle avec 22 phénomènes de catégorie 4 ou 5. Alors qu’un seul fut observé sur l’Atlantique, 21 ont sévit sur le Pacifique où les eaux étaient particulièrement chaudes cette année (épisode El Niño de très forte intensité cette année)

     

    .  

    Auteur : RS