Les cycles de Milankovitch

réclame
Mon MeteoGroup
  • Variations de l'excentricité (E), de l'inclinaison (T) et de la précession (P) sur les 800 000 dernières années, d'après les travaux de Berger en 1978 (Droits réservés - © 1991 Paloeclimatology, T.J. Crowley, G. R. North, Oxford University Press)

  • Les cycles de Milankovitch
    13.01.2016 06:59

     

    • Publicité

    La théorie de Milankovitch, rendant compte de l’alternance des cycles glaciaires et interglaciaires durant le Quaternaire, explique de façon satisfaisante les grandes variations climatiques des cycles glaciaires.


    Une glaciation se produit lorsque les hautes latitudes de l’hémisphère nord reçoivent un minimum de rayonnement solaire durant l’été. Trois paramètres astronomiques jouent un rôle important dans la distribution de l’insolation sous les hautes latitudes :


    1.    la déformation de l'ellipse terrestre :
    La déformation de l'ellipse terrestre ou précession elliptique consiste en une modification de la courbe formée par la terre lors de sa rotation autour du soleil. Ces cycles sont constatés sur une très longue période à l'échelle humaine: 100 000 ans.


    2.    l'inclinaison de l'axe de rotation de la terre :
    Milankovitch montra également que la terre changeait d'angle d'inclinaison au cour de cycles d'environ 40 000 ans, variant entre 22.5 et 24.5 degrés. Actuellement, l'angle d'inclinaison de la terre est d'environ 23.45°. La variation de l'angle d'inclinaison a une incidence faible sur les variations des températures. Plus les rayons frappent le sol avec un angle proche de 90°, plus la chaleur produite sera importante. A l'inverse, les rayons plus obliques dispersent l'énergie transportée et réchauffent moins le sol terrestre.


    3.    la variation de l'orientation de l'axe de rotation de la terre.
    La Terre ne tourne pas sur elle-même comme un ballon parfaitement sphérique, mais plutôt comme une toupie. La variation de l'obliquité ou précession est un phénomène qui se produit sur des périodes d'approximativement 25 000 ans. Ce phénomène influe sur la durée des saisons et la date des équinoxes.

    Auteur : MA