Entrées Maritimes

réclame
Mon MeteoGroup
  • Entrées Maritimes
    05.05.2016 07:20

    Définition des entrées maritimes : c’est l’advection vers le littoral d’un air humide (non nécessairement saturé), accompagnée de formation de phénomènes de basses couches (de type brume, brouillard, Stratus ou St, Stratocumulus ou Sc) au niveau de la côte et davantage dans l’intérieur des terres si le flux est suffisant.

    • Publicité

    Les conditions favorables à l’entrée maritime sont:

     Un flux maritime (attention, maritime ne veut pas systématiquement dire humide : l’humidité en mer dépend de la stabilité des basses couches, du brassage, de la longueur du trajet maritime,…)

     Un vent pas trop fort est nécessaire à la formation de brouillard mais il doit être suffisant pour les advections

     De l’humidité dans les basses couches

     De la subsidence bloquant l’humidité dans les basses couches (inversion)

     Une circulation anticyclonique

     La température de la mer doit-être plus froide que celle de la terre

     Contexte synoptique classique : à l’avant d’un front froid, dans la partie sud d’un secteur chaud

    Configuration favorisant la condensation :

    – Passage d’air chaud au-dessus d’un substrat plus froid (courant froid, sol froid)

    – Une forte évaporation liée à un courant chaud au-dessus duquel circule de l’air froid avec un vent soutenu

    Le rôle du relief :

     Humidité bloquée dans les basses couches, subsidence due à la circulation anticyclonique

     Le relief empêche la progression des entrées maritimes plus loin à l’intérieur des terres

    Le rôle du vent et son évolution diurne :

     Le refroidissement en basses couches induit une rugosité importante sur le sol, qui ralentit le vent.

     En fin de nuit, la brise s’écoule du froid vers le chaud à l’opposé du vent synoptique. L’effet de brise et le vent synoptique se contrarient, ce qui donne un vent réel faible.

     Plus tard dans la matinée ou l’après-midi, le vent accélère notablement (réchauffement du substrat, complémentarité brises/vent synoptique, effet Venturi des vallées) et devient de plus en en plus turbulent. Les effets thermiques (brassage diurne et brise thermique) vont dans le même sens. Le vent réel se renforce.

     Le réchauffement diurne induit aussi un point de condensation des nuages plus élevé ; ils disparaissent à une certaine distance dans l’intérieur des terres avec le réchauffement du substrat, surtout par air stable (dorsale d’altitude induisant une subsidence).

     Un flux rapide accélère l’évaporation et renforce l’humidification

     Un flux de l’ordre de 15kt semble nécessaire à la progression des entrées maritimes sur le continent

     Les lignes de convergences en basses couches favorisent la formation de Sc en mer.

     

    Différence entre brouillard d’advection et entrée maritime :

    Le brouillard d’advection se forme lorsqu’une masse d’air doux et très humide arrive au contact d’un substrat beaucoup plus froid.

    Pour les entrées maritimes, la différence de température air-mer ou air-terre a une influence, mais ce n’est pas le processus primordial de formation, lequel est largement inféodé par la présence dans les basses couches d’un flux maritime assez fort et d’une inversion.