Les feux de Saint-Elme

réclame
Mon MeteoGroup
  • Les feux de Saint-Elme
    14.06.2015 08:36

    Définition 

    • Publicité

    Ce sont des manifestations électriques causées par un violent conflit de masses d'air de températures radicalement différentes : ils correspondent à un espèce d'halo scintillant que nous pouvons observer le long des mâts des bateaux, des ailes d'avion ou encore des clochers lorsqu'il y a de l'orage.

    Le nom vient d'un évêque italien qui fut tué pour ses croyances chrétiennes en 304 après Jésus-Christ. Dix siècles plus tard, un moine dominicain Eracemus, a adopté St-Elme comme étant son saint patron. Après sa mort, les marins ont utilisé le nom de l'évêque pour nommer le mystérieux feu de St-Elme. 

    On les appelle aussi « les petits fantômes verts de l'océan » car cette lumière fantômatique transformait alors les larges navires en une brillante lumière verte. Elle n'est pas associée aux éclairs. 

    Formation 

    Au voisinage de la pointe d'objets pointus, le champ électrique augmente considérablement car la densité des charges électriques n'est pas uniformément répartie sur l'objet ; une très grande quantité d'électrons affluent vers la pointe ; mélangés avec des particules d'air, les électrons provoquent la dissipation de l'énergie contenu dans les particules : des étincelles apparaissent et forment les feux de Saint Elme. Plus un objet est élevé, plus le potentiel électrique est grand par rapport à son environnement. C'est pourquoi les marins étaient les plus grands observateurs de ce phénomène, leurs mâts étant très élevés, ils créaient une grande différence de potentiel.

    La couleur des feux de Saint Elme est variable selon l'intensité des charges électriques mais principalement de la densité des charges électriques ; les couleurs les plus fréquentes sont le jaune, le bleu et le violet.

    Selon des statistiques recueillies dans le nord de l'Ecosse, les feux apparaissent normalement six heures après le passage du centre d'une tempête. Leur présence était souvent associée à des averses de faible grêle (soft hail, graupel). Il était impossible de les voir durant le jour, mais leur présence pouvait être détectée à cause du cillement que l'on entendait au sommet de la station météorologique.