La Niña et ses conséquences

réclame
Mon MeteoGroup
  • La Niña et ses conséquences
    03.05.2016 07:57


    Alors que l’on annonce la fin d’El Nino, la mise en place progressive de sa petite sœur La Nina est prévue pour ces prochains mois.

    • Publicité


    Moins spectaculaire que son frère El Niño, surnommé l’« enfant terrible de la météo », La Nina « La petite fille » en espagnol peut aussi avoir des impacts importants dans certaines régions du monde.


    Un phénomène La Niña est caractérisé par une anomalie négative de l’eau de surface inférieure ou égale à -0,5 °C dans la zone équatoriale du Pacifique. Un phénomène El Niño est à l’inverse, c’est-à-dire qu’il est caractérisé par une anomalie positive de l’eau de surface d’au moins 0,5 °C dans la zone équatoriale du Pacifique.


    L’intensité de ces écarts est classée et enregistrée sur une période de trois mois. Par exemple, pour qu’un El Niño soit considéré comme étant de forte intensité, l’écart positif de température doit égaler ou dépasser 1,5 °C durant un trimestre.


    Si cet écart est de 2 °C, il sera considéré comme de très forte intensité. La Niña respecte ces critères à l’inverse (écart de -1,5 °C (fort) et -2,0 °C (très fort).


    Cette année La Nina se mettrait en place à compter de l’été et pour l’hiver prochain. Son impact sur l’Europe reste à déterminer mais pour certaines régions du globe on observe une récurrence d’évènements :


    Impacts de mai à septembre


    Les impacts du phénomène La Niña sont à l’opposé des ceux d’El Niño. Parmi ses conséquences, on remarque une circulation atmosphérique plus favorable aux tempêtes et ouragans dans l’océan Atlantique, notamment sur la côte est des États-Unis.
    En Amérique du Sud, on note habituellement des températures plus fraîches en Équateur ainsi qu’un climat plus sec en Uruguay.
    En Afrique, les températures sont souvent sous les normales dans l’ouest. En Asie, des régions comme l’Inde, les Philippines, la Thaïlande, le Cambodge et la Malaisie auront du temps plus frais durant un épisode La Niña.
    Dans le nord-ouest de l’Australie, ce même phénomène donne généralement lieu à de la chaleur et des conditions propices aux feux de broussailles.


    Impacts en hiver (octobre à avril)


    En hiver, le phénomène engendre généralement des températures plus élevées dans le sud des États-Unis, tandis que les températures seront sous les normales en Alaska et dans l’ouest du Canada.
    Au Québec, il n’y a pas de corrélation directe qui a été démontrée entre notre climat et La Niña. On observe cependant des hivers plus neigeux dans le sud de l’Ontario et du Québec.
    En Amérique du Sud, ce phénomène engendre une saison des pluies actives assez importantes pour causer des inondations.
    Dans le sud des États-Unis, dont la Floride, le temps est plus chaud et sec lors d’un hiver La Niña.
    Les précipitations seront plus importantes qu’à la normale dans le nord de l’Australie ainsi qu’en Indonésie.


    Auteur : MA