Les trainées de condensation

réclame
Mon MeteoGroup
  • Processus de formation

    Seulement en haute troposphère

    Influence sur le réchauffement climatique

    Traînées de condensation arc-en-ciel

  • Les trainées de condensation
    12.10.2015 07:25

    Ces traînées de condensation ne se forment qu'à certaines conditions, qui ne se rencontrent pratiquement que dans la haute troposphère et un peu plus souvent en hiver. Pour rappel, la troposphère est la couche de l’atmosphère terrestre située au plus proche de la surface du globe jusqu'à une altitude d'environ 8 à 15 kilomètres, selon la latitude et la saison. Elle est plus épaisse à l'équateur qu'aux pôles.

    • Publicité

    Les traînées de condensation sont créées par la condensation de la vapeur d'eau émise par les moteurs d’avion à très haute altitude. Elles se produisent généralement à 10 000 m d'altitude avec un taux d'humidité de plus de 68 %, une température à partir de −39 degrés et sur des noyaux de congélations fournis en grande partie par les gaz de combustion. Ce phénomène physique qui dépend de phénomènes atmosphériques complexes a été étudié dès les années 1950. Elles s'estompent en général rapidement par sublimation mais peuvent se transformer, dans certaines conditions d'hygrométrie et de température, en nuages artificiels analogues à des cirrus allongés. On utilise aussi les expressions traînées de vapeur, traînées blanches ou encore CONTRAIL (pour condensation trail). Ces nuages artificiels peuvent alors couvrir de vastes surfaces de ciel, notamment dans l'hémisphère nord. Ils peuvent persister durant plusieurs heures à dizaines d'heures, comme disperser la lumière du soleil et prendre les couleur de l'arc-en ciel.

    La formation des traînées change l'albédo de l'atmosphère et l’augmentation du trafic aérien mondial produit ainsi un effet sur les échanges énergétiques de l'atmosphère, d'autant plus que le transport aérien tend à augmenter. Ces traînées, par leurs impacts en termes d'effet de serre, doubleraient la responsabilité du trafic aérien en termes de contribution au réchauffement, augmentant ainsi une part qu'on estimait autrefois faible par rapport à d'autres modes de transport.

    Auteur : RS